Certains ont besoin de 2 ans, d’autres de 2 mois, nous il nous aura fallu 5 mois pour préparer notre grand départ. Thibault n’est pas un grand fan de l’anticipation et prévoir une ou plusieurs années en avance, ça n’est pas son truc. Moi je suis plutôt du genre à faire des To Do List, à noter tout ce que je trouve dans un carnet ou sur un doc Word et j’aime bien planifier. Alors il  a fallu composer entre nos deux caractères et trouver un compromis : 5 mois finalement c’était plutôt pas mal, à la fois assez lointain pour avoir le temps de faire toutes les démarches, et assez proche pour avoir le sentiment que le Grand Départ était là, au coin de la rue.

Sans prétention, et avec la certitude d’avoir fait pas mal d’erreurs, on voulait partager avec vous ces fameux mois. Les étapes importantes, les trucs et astuces qui nous ont permis de presque tout boucler dans les temps ainsi que les erreurs à éviter (autant que les nôtres servent à quelque chose, ou à quelqu’un).

Novembre

On trace notre itinéraire sur la Map Monde accrochée dans notre salon, une carte où accrocher ses rêves. Le point de départ sera Ushuaia et le point de chute, l ‘Alaska. Bref nous allons remonter la Panaméricaine du Sud vers le Nord.

Puis on se lance dans les recherches préparatoires, on écume internet, les sites, les blogs, les groupes Facebook et on compile toutes les infos qu’on trouve dans un doc Word.

Les sites qui nous ont beaucoup aidé :

Décembre

Les visas

Avec un passeport français (on l’aime beaucoup celui-là), on peut séjourner 90 jours avec une visa tourisme, délivré à l’entrée dans le pays, au Chili, en Argentine, Uruguay, au Brésil, en Bolivie (par tranche de 30 jours renouvelables), Equateur, Colombie, au Panama, Costa Rica, Nicaragua, Honduras,  Guatemala, El Salvador. Et jusqu’à 180 jours au Pérou et au Mexique (il faut compléter un formulaire FMM à l’entrée du pays).

Pour les Etats-Unis, la demande d’ESTA est à effectuer en ligne dans les 15 jours qui précèdent l’arrivée dans le pays, elle est valable 2 ans et le séjour maximum est de 90 jours.

Pour le Canada, comme nous y entrerons par voie terrestre, pas besoin d’une AVE (Autorisation de Voyage Electronique) et nous pouvons rester 90 jours dans le pays.

Le van

Santiago du Chili c’est l’endroit où se vendent les Van et 4×4 en Amérique du Sud. La plupart sont immatriculés au Chili, quelques uns proviennent des USA ou du Canada. Si nous avions uniquement voyagé en Amérique du Sud, nous aurions opté pour un véhicule chilien, qui se révèle plutôt facile à acheter et à revendre en étant étranger. On vous prépare un article dédié à l’achat d’un véhicule et aux nombreux rebondissements de notre quête du van parfait (suspense insoutenable…)

Janvier

Le volontariat

Nous nous sommes inscrits sur Workaway, pour la modique somme de 45€ (profil couple), avons créé notre profil ainsi qu’une liste d’hôtes pour pouvoir les contacter début mars. L’intérêt de cette plateforme est que, contrairement à Wwoofing, elle donne accès à des missions dans le monde entier avec une cotisation unique.

Grâce à notre formation en permaculture, nous avons également créé un compte sur le site Numundo qui recense des éco-projets partout dans le monde, et plus particulièrement en Amérique du Sud. L’inscription est gratuite mais il est nécessaire d’avoir une formation en Perma en amont.

Holà Que tal

Pour l’anglais, on sait conjuguer « Brian is in the kitchen » à tous le temps et on a de bons restes de notre année australienne, donc pas de soucis de ce côté-là. Pour l’espagnol, autant vous dire que, les yeux fermés, personne ne nous prend pour Penelope Cruz ou Antonio Banderas. Les yeux ouverts non plus d’ailleurs ! Je parle plutôt bien espagnol et avant notre projet, Thibault savait seulement dire « Holà » et « Cerveza », ce qu’il trouvait déjà pas mal.

Je voulais me remettre à niveau quelques mois avant de partir, j’ai donc téléchargé les applications Drops et Duolingo (que j’utilise souvent avant de partir en vacances). En parallèle, je me suis farcie toutes les séries hispanophones disponibles sur Netflix (pas toujours passionnant, ni du meilleur goût…mais bon !). J’avais aussi téléchargé des podcasts en espagnol à écouter dans le métro et en me baladant au bord de notre cher canal. Thibault a également téléchargé Drops et Duolingo, et il continue à pratiquer (presque) tous les jours ici. Il a un don pour parler avec les mains, ça aide pas mal aussi et heureusement !

Nous n’avons pour le moment que l’expérience du Chili, mais la pratique de la langue est indispensable, ne serait-ce que les bases. Les gens apprécient toujours l’effort, et même dans les grandes villes d’Amérique du Sud, l’anglais est peu parlé et donc peu compris. Sans parler espagnol, impossible de sortir des sentiers battus et de s’intégrer vraiment dans le pays.

Les billets d’avion

Nous utilisons Skyscanner ou Kayak pour faire les comparatifs et ensuite on se rend directement sur le site des compagnies aériennes pour réserver. Nous cherchions un vol Paris-Santiago mi-avril.

  • Le + compétitif : Air Italia (390€/personne, bagages inclus) mais attention escale de 50min à l’aéroport Fiumicino à Rome à l’illustre réputation de perte de bagages en série…
  • Les moyennes gammes : Iberia et Air Canada (690€/personne, bagages inclus)
  • Les inaccessibles : Air France et Latam (1300€/personne, bagage inclus) et même à ce prix-là on est loin de la 1ere classe !

Si vous n’êtes pas pressé, vous pouvez aussi voler avec Norwegian Airlines de Paris à Buenos Aires et ensuite prendre un vol interne Buenos Aires-Santiago avec LATAM ou Sky Airlines.

Notre choix : Iberia.

Et on l’a un peu regretté : le 1er vol s’est bien passé (Paris-Madrid) mais pour le 2em vol d’une durée de 13h30, nous étions dans un avion plutôt petit avec très peu de place pour les jambes (même pour moi et mes 1,65m). Les plateaux repas étaient vraiment infectes et l’équipage pas du tout sympathique. On a eu une vraie impression de Low Cost malgré le prix des billets. Nous avions réservé le billet d’avion de Matcha par téléphone via le service client. Par chance, l’agent de voyage n’était pas très bien réveillé et a oublié de nous faire payer les 150€ du billet de Matcha. Cher agent, si tu nous lis, Merci !

Le check-up

On n’est pas vraiment des fans du médecin (et de la médecine allopathique) (sauf de toi hein Mathilde J) mais on s’est dit qu’avant de partir un petit contrôle de routine ne serait pas du luxe…On a chacun pris rendez-vous chez notre généraliste et on s’est fait prescrire une prise de sang, on est tous les deux allés chez le dentiste (j’ai même dû me faire enlever une dent de sagesse), chez l’ostéopathe, et je suis allée voir ma sage-femme.

Aucun de nous ne prends de traitement et notre trousse à toilettes ne contient que des huiles essentielles et des produits pour barbe, donc pas de problème d’ordonnance de notre côté.

Le permis international

On a fait les démarches sur le site  ANTS . C’est gratuit et le délai de réception est d’environ 3 semaines (sauf pour Thibault qui ne l’a jamais reçu). Je ne le laisse pas prendre le contrôle de mon clavier, sinon il va devenir grossier.

Février

Assurance tout risque

On a pris le contrat Cap Aventure chez Chapka Assurance, la version couple, hors USA et Canada. La cotisation pour 1 an est de 1095€. Comme le coût est sensiblement différent, on préfère attendre d’arriver au Mexique pour ensuite upgrader notre assurance et inclure la couverture médicale USA/Canada.

Les vaccins, Partie 1

On s’y est pris un peu tard, je dois l’avouer les seringues ne sont pas vraiment mes amies… On a appelé l’hôpital St Louis, la bouche en cœur, pour prendre un rendez-vous au centre de vaccinations et ils n’avaient pas de place avant le jour de notre départ.

Le centre Air France et l’Institut Pasteur facturent très chères ces prestations. On a donc cherché tous les centres de vaccination des hôpitaux de Paris, et après avoir fait les yeux doux à la secrétaire de l’hôpital St Antoine dans le 12e on a décroché un rendez-vous spécial « voyageurs en couple » d’1h30 mi-mars.

Mars

Les vaccins Partie 2

Ce rendez-vous voyageurs nous a permis de poser toutes nos questions, mais surtout de détailler notre itinéraire et donc d’adapter nos vaccins en fonction de notre voyage. L’infirmière qui nous a reçu était super et on est repartis avec toutes les informations dont on avait besoin sur les risques liés à l’eau, aux moustiques, à la nourriture…et 3 piqûres chacun. Nous sommes revenus 2 fois (J+7 et J+21), pour les rappels de la rage.

Nous avons fait les vaccins suivants :

  • Fièvre jaune (seul vaccin uniquement disponible dans un centre de vaccination internationale)
  • Fièvre Typhoïde (conditions de vie précaires et zones rurales)
  • Hépatite A (transmise par la nourriture)
  • Rage (beaucoup d’animaux errants en Amérique du sud)

Coût total : 173€

Si vous pouvez, on vous conseille de vous y prendre un peu plus en amont que nous et de les faire 2 ou 3 mois avant de partir pour être tranquille.

Après maintes réflexions (nous n’étions pas du tout d’accord), nous avons acheté les boîtes de Malarone prescrites par l’infirmière que nous prendrons (peut-être) quand nous serons dans les zones à risque pour le paludisme..

Le volontariat

Nous avons contacté plusieurs hôtes, nous avons eu quelques réponses négatives (pas de disponibilité au moment de notre venue ou difficulté d’accueillir un chat), mais dans la plupart des cas nous n’avons pas eu de réponses du tout. Naïfs, nous pensions que dès le 1er hôte contacté, la réponse serait positive et que l’organisation de notre voyage serait simple concernant les volontariats, mais pour le Chili, ça s’avère compliqué.

Nous avons finalement eu une réponse positive pour un volontariat de 2 semaines dans un éco-jardin botanique à Quillota, mais suite à des échanges de messages peu avenants quelques jours avant notre arrivée sur place, nous avons préféré annuler notre séjour.

Money Money

Nous avons ouvert 2 comptes internationaux : un chez N26 (carte Mastercard N26 Black à 9,9€/mois) et un chez Revolut (carte Mastercard classique gratuite). Ces cartes nous permettent de payer sans frais à l’étranger, de retirer sans frais (enfin avec N26 ça ne marche pas au Chili) et tout se gère depuis les applications mobiles.

Si c’était à refaire, on prendrait la carte payante chez Revolut et la carte basique chez N26.

Matcha (the one and only)

Nous avions trouvé pas mal d’informations sur internet, notamment sur le site Anivet, nous avons contacté la Direction des Services Vétérinaires de Paris (DSV) par téléphone sans succès, et Thibault s’y est rendu pour être sur d’être dans les règles. Chaque pays d’accueil à ses propres exigences, le mieux est de se renseigner auprès de l’ambassade du pays concerné.

Pour le Chili :

  • Etape 1 : Dans les 10 jours précédant votre départ, emmenez votre chat chez un vétérinaire habilité à signer un Certificat Sanitaire International pour le Transit des Animaux de Compagnie.
  • Etape 2 : Emettre son passeport européen, faire le vaccin de la rage et le traitement antiparasitaire interne et externe.
  • Etape 3 : Emmener le Certificat et le Passeport à la DSV du lieu où vous habitez, les faire signer et tamponner.
  • Etape 4 : Emmener le Certificat et le Passeport à la Cours d’Appel du lieu où vous habitez pour les faire signer et apostiller.

Conseils : bien prendre un rendez-vous à la DSV pour être sûr qu’il y ait une personne disponible quand vous y allez. Pas besoin de rendez-vous à la Cours d’Appel.

Avril

Administratif, mon amour

Il y a forcément eu des bugs avec EDF, Orange…et le permis international de Thibault n’est jamais arrivé (on est parti sans, on a loué deux fois des voitures et on ne nous l’a jamais demandé).

On a aussi sauvegardé tous nos documents important sur Google Drive pour avoir une copie en cas de perte ou de vol.

Mais le mois d’avril a surtout été le mois de la famille et des amis. Le mois des barbecues, des plateaux de fromage, des orgies de saucisson et de vin rouge, pour adoucir un peu les au revoir !

Si tu es arrivé(e) jusqu’à la fin de cet article, Bravo pour ta persévérance et Merci ! N’hésite pas à partager ton expérience ou à nous poser tes questions !

Author

1 Comment

  1. Bien sûr, mon Coeur, que je t’ai lue jusqu’à la fin !
    Très instructif sur un ton humoristique, ce qui évite le côté rébarbatif de la liste qui n’en finit pas.
    Et très peu de fautes d’orthographe !

    Hâte de lire ton prochain article !

    Encore Bravo pour tout !

    Your favorite fan

Write A Comment